Le stress dans tous ses états

Publié le 18 Septembre 2013

La rentrée, l’automne, les réalités. Tout traîne sauf cette petite angoisse qui se blottit dans un coin du cerveau pour ne pas savoir. La spasmophilie d’automne arrive, Le stress l’a bien alimentée. Et si nous travaillions le stress avant qu’il ne se mue en spasmophilie d’automne ou de toute saison ?

Portrait du stress

Le stress a été surnommé “ malaise de la civilisation ”. Plus de 100 000 articles et plus de 200 ouvrages lui ont été consacrés. Il intéresse les domaines de la psychologie, de la psychiatrie, de la neurophysiologie, de la neurochimie, de la psychosociologie, de la psychanalyse, de la médecine psychosomatique,.et bien sûr des médecines douces.

Le mot stress vient du latin “ stringere ” , étrangler, resserrer, serrer, lier. Le “ père ” du stress, Hans Seyle, l’avait appelé “ Stressor ”

Il avait déterminé certaines conséquences biologiques, mentales et psychologiques que l’on pouvait évaluer à la fois dans le temps et selon les patients. Une personne utilise pour y faire face des défenses mentales, qui mettent en route des défenses psychophysiologiques, la vie psychique peut alors être désorganisée, avec des risques de somatisation qui viendront perturber l’existence du patient.

Il n’y a pas de “ mesure stress ” puisque le stress n’est pas uniquement l’agression que nous subissons, mais aussi et surtout notre manière d’y résister.

Deux chercheurs américains, Holmes et Rahé, ont établi une échelle d’évaluation de 43 événements stressants, en les notant. Les facteurs de stress ne sont pas uniquement des événements dramatiques et angoissants, mais également des événements heureux.

Les exemples, nous en avons vu certains dans le texte « spasmophilie d’automne » mais elles peuvent être reprises ici: Maladie ou blessures pesonnelles : 53. Mariage: 50. Séparation : 63. Réconciliation avec le conjoint: 45. Grossesse: 40. Difficultés sexuelles: 39. Démêlés avec son patron: 23. Perte d’emploi: 47. Retraite : 45. Mort d’un ami proche : 37. Modification des conditions de vie: 25. Modification de la situation financière : 38. Changement de carrière 36. Succès personnels éclatants: 28. Départ d’un des enfants: 29. Changement d’école : 20. Début ou fin d’emploi du conjoint: 26. Modification des habitudes de sommeil: 16. Modification du nombre des réunions familiales : 15. Modification des habitudes alimentaire: 15. Infractions mineures à la loi: 11. Hypothèque ou prêt supérieurs à un an de salaire: 17. Vacances: 13. Noël: 12.

Dans “ les 100 visages de la spasmophilie ” (Hachette) le Dr Marc Schwob parle longuement du stress, il écrit : “ De nombreux chercheurs et praticiens de multiples disciplines, chefs d’entreprises et managers, médecins du travail, ergonomes, psychiatres, psychologues, anthropologues et conseils en management de différentes nationalités se sont penchés sur le problème. Voici leurs conclusions : “ Il ne fait pas de doute que le stress s’accroît dans le monde du travail aujourd’hui et que des problèmes apparaissent du fait de l’impact négatif du stress sur la santé des employés. ”

En fait, dans les pays occidentaux, ce ne sont pas les agents physiques ni les produits toxiques qui sont les principaux agresseurs du travailleur, mais le stress, et cela de plusieurs manières. L’auteur poursuit : “ Le stress entraîne chez celui qui en est la victime une réaction d’ordre émotionnel : il devient anxieux, déprimé, se sent fatigué. Il y a aussi des effets du stress sur le plan cognitif : un certain degré de confusion apparaît et il devient de plus en plus difficile au travailleur de prendre une décision. Le stress retentit aussi sur le comportement d’une manière nuisible pour la santé : le sujet boit trop, mange trop, fume trop, est moins attentif quand il conduit, ne respecte plus les règles de sécurité en milieu de travail. Enfin, des désordres peuvent apparaître sur le plan de la physiologie. ”

Homéopathie

Puisque le stress est la façon de chacun de réagir au stress, l’homéopathie trouve là toute son indication. A chaque personne son remède, qui lui permet d’avoir un rééquilibre et une meilleure force face au stress.

La constitution du patient intervient en premier plan. Puisque, nous pouvons le répéter, en homéopathie, nos souffrances, nos tendances, s’installent dans un profil physique particulier. Nous ne sommes pas une construction due au hasard, nous sommes un bâti, avec ses qualités, ses faiblesses, et sa sensibilité à la maladie. Un carbonique, qui respecte l’ordre social et matériel, qui est ordonné, méthodique, patient, plutôt froid, endurant et opiniâtre, qui parle peu et seulement de ce qu’il connaît bien, n’aura pas la même réaction face au stress qu’un phosphorique, sensible, nerveux, émotif, à extériorisation courte et bruyante, pour qui la fatigabilité est le seul frein naturel à son enthousiasme, à son inspiration, pour qui la perception de l’imaginaire est très élevée. Ni à.un fluorique, dont l’instabilité de l’attitude auront pour correspondance un comportement fluctuant, mal déterminé, esquivant les interdits, qui a le goût du paradoxe, des réactions imprévues, indécises et soumises à des changements permanents, et qui aura d’autres réactions encore face au stress.

Il en est de même pour les quatre tempéraments reconnus en homéopathie. Les lymphatiques ( plutôt nonchalents) les sanguins (plutôt colériques et impulsifs ) les bilieux (plutôt crispés et susceptibles) et les nerveux (plutôt intériorisés et solitaires) ont aussi une toute autre façon de souffrir ou de vivre le stress et l’angoisse.

Le traitement de base sera indispensable. Les autres remèdes, au quotidien, pourront apporter une amélioration, puisqu’ils seront pris en fonction de l’harmonie remède-symptômes du patient.

Ces remèdes sont donnés généralement en haute dilution, qui correspond au côté psychologique, émotionnel, des symptômes.

Ignatia 9 CH ou si possible 15 CH par la suite s’il y a une sensation de boule dans la gorge, des pleurs, des soupirs, une instabilité émotionnelle avec alternance de rires et de larmes, même en cas de stress. Il peut y avoir des tressautements, des tics, ou des engourdissements du visage et des membres. Des palpitations, des douleurs de la région cardiaques et des difficultés respiratoires peuvent se mêler au tableau et accentuer l’état d’angoisse. La crise d’angoisse survient souvent après un choc affectif, un deuil, une mauvaise nouvelle, ce qui aggrave l’instabilité émotionnelle de la personne.

Aconit Napellus 9 CH s’il y a une peur sans raison véritable, avec sensation de mort imminente, véritable panique qui arrive brutalement, le plus souvent vers minuit, et produit une sorte d’ auto-stress qui n’arrive plus à être dominé.

Gelsemium 9 CH convient à une personne paralysée par son stress, pouvant avoir des tremblements incontrôlables, qui se sent paralysée physiquement et mentalement, qui désire être seule et en paix, car elle ne veut plus avoir à exprimer une idée. Elle peut souffrir de migraines, de troubles de la vue. Signe particulier de ce remède, besoin urgent d’aller à selle après une émotion ou une mauvaise nouvelle, et envies d’uriner de façon répétitive, avec émission d’urines très claires, comme de l’eau.

Argentum Nitricum 9 CH chez une personne anxieuse et précipitée, après une peur, un moment de trac, une phobie mal vécue, que ce soit peur de l’eau, claustrophobie. Il peut y avoir des tremblements, une maladresse, l’impression de ne pas se contrôler, l’imagination de ce qui peut être ou aurait pu être exacerbe l’angoisse, il y a des palpitations, des sensations vertigineuses, et la crise est dominée par des troubles digestifs et des diarrhées.

Arsenicum Album 9 CH si la crise anxieuse s’aggrave la nuit, surtout entre 1h et 3 h du matin. Il y a réveil brusque avec angoisse terrible, la personne pense qu’elle va mourir, elle a besoin d’être rassurée, change de place continuellement, son anxiété la pousse hors du lit, il y a rapidement une sorte de chaos avec épuisement mental et physique. Il existe ensuite, dans la journée, une alternance d’agitation et de dépression. Il peut y avoir essouflement , et une crise d’asthme chez une personne ayant cette prédisposition.

Staphysagria 9 CH si les troubles surviennent à la suite d'une colère rentrée, d'une vexation, d'un sentiment d'injustice auquel il n’a pas été possible de faire face. La personne a pu bouillonner intérieurement tout en laissant apparaître une attitude et un visage détendus. Il y a ensuite un flot de ruminations anxieuses qui troublent le sommeil et amènent une suite de cauchemars et donne maux de tête, douleurs articulaires, névralgique, maux de dents, cystites.

Opium 9 CH si une peur intense a laissé dans un état de stupeur. Il y a blocage émotionnel, hypersensibilité, susceptibilité extrême, la personne est à bout de nerfs. Le visage est rouge, chaud, couvert de sueurs chaudes alors que les extrémités sont froides. L’incapacité de dormir malgré la fatigue et la constipation se mêlent au tableau.

Hyoscyamus 9 CH correspond aux passions violentes, aux façons violentes de ressentir le stress, la contrariété, il peut y avoir incohérence, excitation, une façon “ ordurière ” de parler, des rires à des moments déplacés, puis un repli sur soi. Sur un plan physique il peut y avoir des tressautements pouvant aller jusqu’à des convulsions, et des accès de toux sèche.

Ces remèdes correspondent à des états de crise, et sont à prendre très fréquemment, toutes les dix minutes en début de crise, puis espacer lors de l’amélioration des symptômes, écouter ce que l’on ressent. Ils pourront être répétés 2-3 fois le lendemain, éventuellement le surlendemain, mais pas sur une longue période, puisqu’il s’agit d’une anxiété réactionnelle, directement en rapport avec l’agent stressant.

Lorsque le stress empêche de dormir :

Ambra Grisea 9 CH agira sur une insomnie installée suite à un stress mal vécu. Il y a grande fatigue, nervosité, découragement, un afflux de pensées lié aux évènements de la journée. La sensation de fatigue disparaît dès que la personne se couche, qu’elle se retrouve seule face à ses problèmes. On dit d’Ambra Grisea : “ Ambre grise pour voir la vie en rose ”.

Coffea 9 CH s’il y a hypersensibilité de tous les sens, grande impressionnabilité, suite à un problème mal dominé, si l'afflux de pensées, d'idées, gêne l'endormissement, et mène à un réveil précoce, vers en 4 ou 5 heures du matin.

Valeriana 4 CH si le stress semble s’être installé sur les réactions physiques. Il y a tendance aux palpitations, aux spasmes, qui empêchent l'endormissement.

Nux Vomica 9 CH chez un sujet hyperactif, surmené, abusant fréquemment des excitants tels que café, tabac, alcool, et de la “ bonne bouffe ” discutable sur le plan santé. Les contrariétés favorisent ces tendances. Il y a difficultés d'endormissement, du fait d'un bouillonnement d'idées, et d’une certaine rage face à ce qui s’est passé dans la journée, ou dans le cadre d’une situation particulière, et des réveils nocturnes, avec difficultés à retrouver le sommeil, des rêves agités. Le réveil est laborieux, accompagné de mauvaise humeur et de fatigue.

Sambul Moschatus 9 CH s’il y a insomnie par émotivité mal vécue, palpitations, constriction de la gorge, chez une personne à humeur changeante.

Ces remèdes peuvent être pris à raison de 3-4 granules au coucher, à renouveler dans la nuit s’il y a réveil, et ceci jusqu’à amélioration.

Oligothérapie

Lithium, Magnésium, Cobalt, à tour de rôle, 1 ampoule le matin, aident à rééquilibrer le système nerveux.

S’il y a sensation de tête vide suite à un stress, penser que le magnésium “ remplit la tête ”. Il pourra être pris en plus sous forme de comprimés, ou de chlorure de magnésium, un verre par jour.

Phytothérapie

Les plantes sédatives et tranquillisantes :

Lavande , agit aussi bien sur les spasmes que sur l’irritabilité et l’insomnie, les angoisses.

Oranger, est antispasmodique, sédative et légèrement hypnotique, et agit sur les agitations nocturnes.

Melisse, agit sur les palpitations cardiaques, sur les anxiétés, les bourdonnements d’oreilles survenus après un stress.

Angélique, est sédative et agit sur les troubles survenus après un stress, digestions difficiles, aérophagie.

Valériane, est un sédatif de tout le système nerveux, agit sur le stress, le nervosisme, les spasmes, les insomnies. Est très riche en fer.

Escholtzia, agit sur l’émotivité excessive, les angoisses, est anti-névralgique et agit sur les céphalées.

Kawa-Kawa est un grand déstressant, un euphorisant, est analgésique, donne un sommeil profond. Ne jamais dépasser les doses conseillées..

Ces plantes existent en gélules, 1-2 aux principaux repas.

Aromathérapie

Les huiles essentielles du stress : bergamote, camomille, sauge sclarée, marjolaine, néroli, lavande, santal, ylang-ylang, rose.

Elles seront utilisées en massages, 5% du produit dans 95 % d’huile d’amande douce, de sésame. Ou si l’on ne veut pas faire une préparation conséquente, 4-5 gouttes d’huile essentielle dans une cuillère d’huile. Penser, comme pour la spasmophilie, à masser les barrières énergétiques du corps : creux des poignets, creux du coude, nuque, et bout des doigts s’il y a angoisse intense. Et terminer par la plante des pieds.

Pour le bain, 4-5 gouttes de l’huile choisie, ou de deux huiles, à diluer dans une cuillère de lait ou d’huile avant de verser dans l’eau du bain.

Fleurs de Bach

Rescuy Remedy pour les moments d’urgence, à un moment où l’on pense que l’on n’en peut plus. Ensuite, étant rasséréné, il sera plus facile de faire le point de la situation. 2-3 gouttes dans un peu d’eau ou directement dans la bouche, ou même sur la main, que l’on portera à la bouche, à renouveler chaque 1/ 2 h jusqu’à amélioration.

Rappelons que les différents états d’esprit développés ci-dessous influencent notre santé et peuvent provoquer des dérèglements des glandes endocrines. Ces bouleversements se répercutent à leur tour sur le système nerveux. Les conséquences de cet état sont la baisse des réserves vitales, la diminution de l’immunité, et donc la porte ouverte à toutes les maladies. Comme l’a dit et expérimenté le Dr Bach, soigner les émotions négatives avant qu’elles ne s’attaquent à la santé est le but de cette thérapie.

Les fleurs de Bach si proches du stress :

Sweet Chestnut (châtaigner) permet d’apprivoiser le désespoir extrême. La personne dans cet état a l’impression d’être seule dans les ténèbres qui l’entourent, sans joie, sans rien d’autre qu’angoisse, désolation et tristesse.

Cherry Plum (prunus) contre les idées autodestructrices et la peur de devenir folle ou fou. Les personnes ont peur de “ craquer ”, de perdre le contrôle de leurs émotions et de leurs actes, de commettre un acte irréparable.

Wild Oat (folle avoine) et Walnut (noyer) s’il y a stress par rapport à certains changements dans la vie, imposés ou choisis, mais avec une certaine crainte de ce qu’il adviendra, et s’il y a incertitude, difficulté de décision entre deux possibilités.

Star of Bethléem ( étoile de Bethléem) contre les conséquences des chocs et des traumatismes.

Pour ces élixirs, 3-4 gouttes, 3 fois par jour, ou 4 fois au début.

Rock Rose (hélianthème) si la peur va jusqu’à la terreur, suite à un accident par exemple, ou l’on a frôlé la mort, ou si d’autres ont frôlé la mort sous nos yeux. La personne n’arrive plus à communiquer normalement, la parole et la vision se déforment. On pourra donner cet élixir toutes les 5 ou 10 minutes, à raison de 2-3 gouttes dans un peu d ‘eau ou directement sur la langue.

Réapprendre à maîtriser le stress

L’appauvrissement du cerveau en catécholamines, libérées sous l’effet de stress répétés, est un facteur de dépression. Si l’hypersensibilité au stress peut être constitutionnelle, elle peut être acquise, c’est une sorte de conditionnement qui dépend en grande partie de la manière de vivre de la personne. Il est donc important d’apprendre ou de réapprendre à maîtriser ce stress.

La BioSyntonie : une harmonie de vie

On parle des pollutions de l’air, de l’eau, des pollutions par les pesticides, mais très peu des pollutions électro-magnétiques. Et pourtant nous en sommes entourés, nous sommes cernés par elles. Notre corps le sait. Elles sont à l’origine de quantités de maux, en grand le stress, mais aussi les vertiges, des tensions émotionnelles, de peurs sans fondement, elles éloignent l’être humain de son centrage d’harmonie. Le stress non seulement vide les défenses immunitaires, mais il propage des déséquilibres à tout niveau, physique, psychique, hormonal, ce qui entraîne la désynchronisation de ses horloges naturelles. .

Le rôle de la BioSyntonie est de resynchroniser, de nous permettre de nous reconnecter aux sources naturelles de la vie, de retrouver nos énergies naturelles.

Bio=vie. Syntonie=harmonie, équilibre.

On en a parlé dès les débuts d’une sorte d’acupuncture sans aiguilles, faite à partir de médaillons en céramique posés sur des points du corps, en relation avec les méridiens connus en acupuncture. Ces médaillons sont issus d’un procédé mis au point par Pierre Nicolas, chercheur français dans le domaine de la microphysique. Une microcristallisation, c’est-à-dire de tout petits cristaux, existe à l’intérieur de ces médaillons,. En physique, ce sont des atomes organisés suivant des axes de symétrie. Une structure cristallisée a une propriété de résonance, elle émet des fréquences, des vibrations, une onde qui a la propriété de restaurer les fréquences biologiques fondamentales de la personne. On agira sur l’os, le sang, et la lymphe. Toute la santé tourne autour de ces trois éléments. L’os en concordance avec le corps, le sang avec l’âme, et la lymphe avec l’esprit.

Lors d’une séance, la personne repose sur une table spécifique, qui permet un grand niveau de relaxation. Une lumière et un son bien harmonisés favorisent eux aussi une détente. Les médaillons de céramique sont placés sur les zones réflexe, irriguées par les nombreux méridiens en relation avec les fonctions globales de l’être humain. La personne ressent tout d’abord une impression de détente, de grande relaxation, qui peut se manifester sous forme d’images qui reviennent en surface. Celles qui en font l’expérience disent que cela peut être perçu comme des mouvements d’énergie dans le corps, des sensations faisant penser à des choses qui bougent, qui tremblotent, des sensations physiques profondes. Petit à petit, c’est un peu comme si elles enlevaient des couches superficielles de stress, de mal être. Elles se sentent mieux en elles-mêmes, ont d’ailleurs immédiatement meilleure mine, se sentent en meilleur équilibre lorsqu’elles se remettent debout. Elles ont l’impression de mieux vivre leur quotidien, de repartir du bon pied.

Autre thérapie d’équilibre et de retrouvailles avec soi-même :

L’Art Thérapie Corporel

Destiné aux femmes, ( au Japon il y a également des cours pour hommes, ou des cours collectifs) l’art thérapie corporel apprend ou réapprend aux femmes à se recentrer sur elles-mêmes, à s’accepter et à se parfaire, à mieux vivre sur leur propre territoire, à aimer leur corps, à développer leur féminité et leur créativité, sans se laisser déstabiliser continuellement par l’extérieur.. C’est une belle méthode, issue de l’enseignement de Robert Perrin, thérapeute et philosophe français, décédé il y a quelques années) “ Le monde nouveau ne peut être bâti que de beauté ” (dialogues avec l’ange, Gitta Mallasz). Il a fait de cette phrase l’un des textes mis en exergue des écrits destinés à ses élèves. Avant de fonder sa propre technique, il s’est nourri des philosophies, des sagesses du monde. Il est passé par l’Actor Studio et son travail d’intériorisation, il s’est longuement arrêté sur le théâtre Nô, le considérant comme un modèle scénique absolu. Pour lui la question a été : comment peut-on éveiller “ l’âme ” c’est-à-dire le souffle de vie, la créativité, dans le corps de la personne, comment peut-on faire passer l’art dans une personne ? Il a écrit : “ Toute thérapie initiatique parie sur l’intelligence du corps. L’Occident découvre depuis peu la richesse corporelle alors que l’Orient a toujours développé des voies d’accomplissement où la corporéité était totalement engagée. ” Il a écrit aussi : “ N’est maître de lui que celui qui se connaît suffisamment pour bien gérer ses forces ”.

Les femmes qui ont recours à cette méthode, transmises par les élèves de Robert Perrin, sont en quête d’harmonie. Elles se sentent déconnectées de leur corps, stressées, souvent sous antidépresseurs, elles disent qu’elles n’arrivent plus à aimer, à se libérer de leur corps, leur sexe n’est plus habité. Elles ont des seins, mais ils ne parlent pas. Leur corps ne veut plus rien dire.

Au cours des séances, on ramènera de l’énergie dans leur poitrine, dans leur ventre, elles commenceront à se nourrir de quelque chose. On dirige son maintien, on la modèle comme le ferait un sculpteur, le corps s’anime, retrouve une aisance, la femme va se redresser à l’intérieur, quelque chose va se dégager, l’éros va s’animer, on verra réapparaître une beauté, une énergie de bonheur, elle retrouve le meilleur d’elle-même, ses énergies premières. “ la beauté, disait Dostoïevsky, rejoint le sacré ”.

Le corps a une mémoire, le corps est plus intelligent que la réflexion logique. Ce qu’il expérimente retentit sur la personne entière. La femme va reproduire ce qu’elle a vécu là pendant deux heures, dans une salle cocon, ambiance bien chaude, lumière tamiséee, se recréer à partir de là. Un fluide passe. Le bien-être, la confiance ressentie, vont se propager dans les autres situations de la vie. Elle réapprend sa nature de femme. Autre citation de Robert Perrin : “ Les premières séances d’art thérapie révèlent toujours le rapport d’étrangeté qui s’est instauré entre l’individu et sa propre corporéité ”.

Toutes les méthodes de relaxation sont efficaces pour retrouver ou ne pas perdre son calme. L’une se détache particulièrement dans le cas du stress, et a de plus en plus de partisans :

La relaxation progressive de Jacobson

Edmund Jacobson est un chercheur à l’université américaine de Harvard. Lui se focalise sur une prise de conscience des blocages musculaires, des nœuds, en rejetant toute idée d’induction verbale, contrairement à l’autohypnose ou au Training autogène de Schultz. Son idée de départ : on se décontracte en se contractant. La méthode repose donc sur des exercices permettant de tendre, puis de relâcher chaque muscle, d’évaluer les sensations obtenues et de procéder ainsi pour chaque partie du corps. Petit à petit on apprend à repérer ses zones de tension musculaire et à les relâcher, et même à éviter les tensions inutiles.

La visualisation

Elle est aussi de plus en plus reconnue, dans le monde du sport et dans le monde de la santé. On l’appelle également imagerie mentale, ou descente en alpha, puisque l’on se met en état de relaxation profonde pour être en condition. Elle a son origine dans la tradition religieuse. Au cours de certains exercices spirituels, on visualisait un passage de l’Evangile, pour mieux sentir la religion de l’intérieur. C’est en 1974 que les psychologues américains ont commencé à appliquer la visualisation à des problèmes d’ordre psychologiques. Visualiser consiste donc à voir certaines situations que l’on imagine, ou à mettre en scène certaines situations que l’on voudrait réaliser. Le mot “ visualisation ” n’est d’ailleurs pas tout à fait adéquat, car il est important de faire également appel au goût, à l’odorat, à l’ouïe et au toucher, de ressentir parfaitement cette situation. Rappelons que lorsque l’on imagine avec un maximum de détails et de sensations, le cerveau utilise les mêmes neurones que lorsque l’on vit vraiment une chose. La visualisation déclenche alors une transformation mentale, qui permet de se sentir mieux dans la direction choisie.

Qu’en est-il des personnes travaillant sur leur tendance à mal dominer leur stress ? Question à Noëlle Philippe, psychothérapeute, auteur de “ changer par la visualisation ” paru il y a quelques années aux Editions Retz. “ Souvent les personnes stressées visualisent qu’elles se promènent dans des paysages très vastes où le temps n’existe pas. Le stress étant établi comme une pression, tout ce qui est large, hors du temps, provoque une détente. Ensuite le corps se met naturellement à résister au stress extérieur. ”

La méditation Zen

On entend de plus en plus dans le langage courant : “ Restez zen ” c’est-à-dire “ restez calme ”. Oui, mais, qu’est-ce que ce zen ? On ne donne pas beaucoup d’indications sur cette façon de rester zen. Un petit truc comme ça, qui se fait tout seul ? Mais oui, restez zen.

En Inde au V1e siècle avant Jésus-Christ, le Bouddha Sakyamui s’assit en lotus, et l’histoire dit qu’il trouva “ l’éveil ” qu’il recherchait. La Chine et le Japon se sont inspirés de cette pratique. En 1967, un grand maître zen contemporain, Taisen Deshimaru, a apporté son enseignement en Europe. La méditation zen s’est installée. Ce n’est ni une philosophie, ni une religion, c’est une pratique. La base en est la posture, qui doit être parfaite. On dit “ faire zazen ”. (za : s’asseoir, zen : la concentration, la méditation.).

Cela se passe dans un dojo. On fait zazen assis sur un coussin (zafu) , le dos droit, le menton rentré, le bassin basculé vers l’avant, les jambes croisées, les genoux contre le sol. On dit “ pousser la terre avec les genoux ” et “ pousser le ciel avec la tête ” . Le regard se pose sans se fixer à un mètre du sol, les yeux mi-clos. Les mains se rejoignent, main gauche sur main droite, les pouces l’un contre l’autre. Le menton est rentré, la nuque tendue, le nez à la verticale du nombril, les épaules tombent naturellement. La bouche est fermée, sans crispation, l’extrémité de la langue est contre le palais. On revient sans cesse au corps, à soi-même, à la posture, à la respiration. Elle doit être calme, longue et profonde. L’attention est portée sur l’expiration qui doit exercer une poussée vers le bas sur toute la masse abominale. L’inspiration vient naturellement, spontanément. Dans cette posture, le flux des pensées incessantes et des ruminations mentales est interrompu par l’attention portée à la juste tension musculaire et à la respiration. On ne fait pas le vide dans ses pensées, comme on le dit souvent à tort. On les laisse passer, comme des nuages. Si une pensée, une image, surgit du subconscient, on la laisse passer. Si on ne l’entretient pas, naturellement elle disparaît comme un nuage dans la ciel. “ Lorsque l’esprit ne demeure nulle part, le véritable esprit apparaît ” a écrit Taisen Deshimaru. On devient intime avec soi-même, mais on n’entretient pas ses pensées personnelles.

Le godo (personne chargée de l’enseignement ) enjoint, par petites phrases brèves, de penser à la posture, à la respiration. Pour que les tensions disparaissent, il faut en prendre conscience. “ Laissez passer les pensées ” la phrase revient souvent. Cette heure de zazen est coupée par une marche très lente, appelée kin hin, ce qui signifie concentration en mouvement, et se termine par un chant, le “ Sutra de la grande sagesse ” mélange de vieux chinois et de sanscrit.

Pourquoi va-t-on à cet enseignement ? Par un désir de bien-être, d’équilibre, pour calmer une énergie mal canalisée, pour apaiser, pour trouver une réconciliation corps et esprit, aller au-delà du stress. “ Venez au dojo, vous verrez bien ” telle est la philosophie orientale.

Lorsque, après ce moment zen on se retrouve dans la rue, notre propre calme plane sur le bruit et l’agitation. On se sent léger, prêt au meilleur. Le stress est bien loin derrière nous.

Alimentation et hygiène de vie

Nous n’atteindrons pas une gestion du stress avec un corps nourri de nourritures artificielles, de sucre, de mauvaises graisses, de n’importe quoi qui nourrit et c’est tout. Le corps souffre inutilement de “ mal-bouffe ” et n’a plus la force de répondre au stress.

La soupe anti-stress

Dans “ Jus frais et boissons santé ” par Anne Mc Intyre ( Les Editions de l’Homme) on trouve des jus de fruits et de légumes pour chaque problème santé. Les soupes s’intègrent également dans ces programmes. La soupe glacée à l’avocat fait partie des mets courants des Turcs et des Israéliens. L’avocat est riche en nutriments bénéfiques au système nerveux, dont les vitamines C et B, le potassium et le fer. Il calme et renforce les nerfs. Il est donc particulièrement efficace en période de stress. La recette.

3 gros avocats, hâchés, 500 ml de bouillon de légumes, le jus d’un citron et demi, 6 petits oignons émincés, 3 gousses d’ail, 250 ml ( une tasse ) de crème fraîche ou de yaourt nature, 1-2 cm de gingembre frais, pelé et râpé, sel, poivre frais, persil en garniture.

Passer les avocats au mixer, adjoindre le bouillon et le citron, jusqu’à consistance onctueuse. Ajouter les oignons, l’ail, la crème ou le yaourt, le gingembre, homogénéiser le tout. Assaisonner. Laisser au réfrigérateur pendant 1 heure. Si la soupe se révèle trop épaisse, ajouter un peu de bouillon ou de jus de citron. Servir avec le persil ciselé.

Les autres aliments à consommer en priorité sont ceux riches en vitamine B, vite détruite par le stress : dattes, figues, amandes, mangues, noix de coco, exercent un effet calmant et vivifiant sur les nerfs. Céréales complètes, noix et graines, fruits et légumes, apportent les éléments indispensables à la bonne santé nerveuse : zinc, potassium, calcium, magnésium et fer. Les épices telles que cannelle, gingembre, coriandre, clou de girofle sont des anti-stress efficaces. Le ginseng, la réglisse, le basilic, le romarin, ont une action puissante pour le système nerveux. En Egypte ancienne, l’oignon avait la réputation de favoriser la relaxation et le sommeil. Sans le savoir, on recherchait là une source de quercétine, anti-inflammatoire et sédative, comme l’ont confirmé des expériences de laboratoire, beaucoup plus tard.

La lavande, la camomille, le tilleul, complètent la journée sous forme d’une tisane avant de se coucher.

Le miel est un tranquillisant efficace et doux.

Dans son livre “ Le grand méchant stress ” (Les Editions de l’Homme –2003-) Florence Rollot parle des aliments qui engendrent une belle énergie, ce qui a pour conséquence un fonctionnement optimal de l’organisme (indispensable pour résister au stress quotidien).Ces produits tiennent compte de la qualité des molécules ingérées et de la capacité de l’organisme à les assimiler. Le but est d’apporter un maximum d’aliments riches en principes actifs afin d’équilibrer et de renforcer le métabolisme. Les produits de la terre, fruits, légumes, plantes, graines, regorgent de vitamines, d’oligo-éléments et de substances aux pouvoirs guérisseurs. Nombre de ces produits sont d’ailleurs surnommés “ alicaments ” car ils ont la propriété de prévenir des maladies particulièrement nocives. Les conseils de l’auteur : avoir toujours un fruit à portée de main. Une petite fringale ? Manger une pomme. Pour une forme optimale, des jus de fruits et légumes frais. Un jus se digère en 15 minutes et les fruits frais en 30 minutes. Les jus « rincent » l’organisme et apportent immédiatement leurs principes actifs, vitamines, oligo-éléments, fibres, dans le sang. Jus de carottes, de tomates, céleri, raidis noirs, seuls ou en mélange, sont recommandés dans ce livre..

Grande place est faite aux graines de céréales ou de légumineuses que l’on fait germer pendant trois jours et qui apportent à l’organisme tous les minéraux dans des proportions harmonieuses et en association synergique. Ce sont de précieuses sources de minéraux tels calcium, magnésium, phosphore, qui sont à la base même de l’anti-stress. Une graine germée concentre toutes les propriétés du légume qu’elle devrait devenir à la puissance cinq. La plus facile à faire germer chez soi est le tournesol.

Pour les légumes, l’auteur préconise de les consommer crus ou cuits à la vapeur ou au four à micro-ondes, puisque la cuisson à l’eau leur fait perdre une grande partie de leurs propriétés.

Elle conseille également de privilégier les légumes dits “ lacto-fermentés ”, qui contribuent à renouveler la flore intestinale et à combattre les levures dans l’organisme. Ce sont : le chou, la carotte et la betterave, dont la teneur enzymatique est exceptionnelle. Les consommer en début de repas. Et miser tout spécialement sur le brocoli, un des meilleurs légumes de la planète, il a une teneur élevée en vitamine C et en fibres, et fournit du magnésium et du fer. Pour elle, agrémenter chaque repas d’une salade verte, consommer la tomate sous toutes ses formes, et comme Anne Mc Intyre penser aux soupes, dont les légumes se digèrent très vite et ne laissent que peu de déchets.

L’auteur souligne que la santé de demain passe par notre hygiène alimentaire.

La respiration, l’activité physique, et le sommeil font partie aussi du programme anti-stress pour Florence Rollot. Elle conseille de pratiquer deux fois par jour des exercices de respiration forcée, qui apportent un afflux d’oxygène dans le sang et accélèrent l’élimination des toxines.

Commencer l’exercice en inspirant très fort par le nez et en glonflant l’abdomen. Le temps de cette inspiration dure 4 secondes.

Rester en apnée pendant 16 secondes ( 4 fois le temps de l’inspiration).

Expirer pendant 8 secondes (2 fois le temps d’inspiration).

Répéter le mouvement de respiration 10 fois.

La course à pied a fait ses émules ces dernières années. Sport complet, et… gratuit. Qui libère les toxines physiques et morales. Le stress a son sport en grand. Ma fille Sarah, qui était une stressée type, a pris un calme et une sérénité devant les événements depuis qu’elle pratique ce sport de façon très régulière, et qu’elle tient, en plus, à en faire, côté sportif, un élément de progression constante. On devient gagnant de soi-même.

=================

Les spasmophiles d’automne pourront puiser dans tous les anti-stress d’automne. Bon automne.

-Tootsie

PS

Elise, des Editions Quotidien Malin, aux Editions Leduc.s, m’a demandé très gentiment s’il me serait possible de transmettre cette info, concernant une formation sur l’homéopathie. Bien sûr je le fais avec plaisir. Voici le message.

« Les éditions Quotidien Malin publient des livres sur la forme, la santé, le bien-être et organisent désormais des formations qui pourraient intéresser votre lectorat.

Nous organisons le 21 septembre 2013 une formation exclusive sur l'homéopathie avec Albert-Claude Quemoun, pharmacien et chercheur, auteur de plusieurs livres sur l’homéopathie dont notamment Ma bible de l’homéopathie. »

INFOS PRATIQUES

Date : samedi 21 septembre 2013, de 9 heures à 13 heures

Lieu : Centre Hahnemann, 85 rue de Chézy, 92200 Neuilly-sur-Seine (Métro 1 : Sablons ou Pont de Neuilly)

Participation : 80 € 70 € seulement pour les 10 premiers inscrits

Livre offert : Ma Bible de l'homéopathie (valeur 23 €)

Inscription : http://www.eventbrite.com/event/6818130211

Contact : formation@editionsleduc.com

Puis, second message : Vous pourrez faire bénéficier vos lecteurs de deux places à tarif réduit avec le code promo "medecinesdouces", pour une réduction de 10 euros sur la formation. Voici le lien pour les inscriptions à l'événement :

http://formation-homeo-130921-medecinesdouces.eventbrite.com

Je communique donc l’info un peu tardivement. Mieux vaut tard que jamais, dit-on, je suis toujours tard, mais jamais jamais…

Photo de Boudu, grand destressé, par Sarah Barbault

Photo de Boudu, grand destressé, par Sarah Barbault

Rédigé par Tootsie Guéra

Repost 0
Commenter cet article